asso.bf

Les ONG au Burkina Faso : une référence dans le champ du développement en Afrique subsaharienne ?

L'article aborde de manière approfondie la situation et le rôle des organisations non-gouvernementales (ONG) au Burkina Faso, un pays régulièrement décrit comme l'un des plus pauvres de la planète. Les ONG, de par leur nombre et leurs actions variées, sont perçues comme des acteurs majeurs du développement dans cette région, bien que leur impact réel suscite des débats et des questionnements.

Le Burkina Faso est reconnu comme un “pays des ONG” en raison de la prolifération remarquable de ces organisations sur son territoire. Cette prolifération est en partie attribuée aux crises récurrentes comme les sécheresses des années 70, qui ont déclenché une arrivée massive des ONG internationales. Depuis, le nombre d’ONG a régulièrement augmenté, passant de 17 en 1973 à 620 en 2010, représentant une croissance de plus de 100% en dix ans. Cette densité d’ONG, bien qu’elle témoigne d’une volonté internationale de soutenir le développement, pose la question de l’efficacité réelle de ces entités sur le long terme.

Le rôle des ONG au Burkina Faso est multiple et complexe. Elles interviennent dans des domaines clés tels que la santé, l’éducation, l’hydraulique, la promotion rurale, l’environnement, et le renforcement des capacités. Ces interventions sont souvent soutenues par une aide internationale substantielle, ce qui rend les ONG des acteurs visibles et influents sur le terrain. Toutefois, cette visibilité n’est pas nécessairement synonyme d’efficacité. Les critiques pointent du doigt une certaine compétition entre les ONG, qui tend à fragmenter les efforts de développement plutôt qu’à les unifier vers des objectifs communs.

Les défis auxquels les ONG doivent faire face au Burkina Faso sont amplifiés par une coordination insuffisante avec les acteurs locaux et les autorités gouvernementales. Les actions des ONG sont souvent menées sans une concertation suffisante avec les communautés bénéficiaires, ce qui peut mener à des initiatives mal adaptées aux réalités locales. De plus, le paysage des ONG au Burkina Faso est marqué par une disparité entre les organisations internationales, qui disposent de ressources considérables, et les organisations nationales, qui restent plus vulnérables et dépendantes d’un financement externe souvent instable.

L’efficacité des ONG est également entravée par un manque de transparence et de redevabilité. Peu d’ONG rendent compte de leurs activités d’une manière qui permettrait une évaluation claire de leur impact. Cette opacité est problématique non seulement pour les bailleurs de fonds mais aussi pour les stratégies de développement à long terme du pays.

Malgré ces enjeux, les ONG continuent de jouer un rôle crucial dans la gestion des crises humanitaires et le développement au Burkina Faso. Elles apportent non seulement une aide immédiate en cas de catastrophe, mais tentent également de développer des solutions à long terme pour l’amélioration des conditions de vie des populations locales. Cependant, pour que leur impact soit durable et efficace, une meilleure coordination avec les acteurs locaux et une plus grande transparence dans leurs opérations sont indispensables.

En conclusion, si les ONG sont indéniablement des acteurs clés du développement au Burkina Faso, leur prolifération et leur mode d’opération actuel nécessitent une réévaluation critique pour assurer que leur présence et leurs interventions conduisent à des améliorations tangibles et durables pour les populations qu’elles prétendent aider.

Auteur et source :

Découvrez aussi

Les Associations locales et leurs rôles dans la gestion des villes au Burkina Faso

L’étude “Les Associations locales et leurs rôles dans la gestion des villes au Burkina Faso” de Dr. Jocelyne Vokouma s’inscrit dans le cadre du Programme pays urbain du Burkina Faso (PPUB), financé par la Fondation Bill et Melinda Gates et coordonné par le Laboratoire Citoyennetés avec le soutien technique de l’ONG Slum Dwellers International (SDI). Cette initiative vise à renforcer les capacités des municipalités en impliquant davantage les associations locales dans la gouvernance urbaine. L’étude a couvert cinq villes : Bobo-Dioulasso, Ouagadougou, Dédougou, Dori et Tenkodogo.

Lire la suite »

Les associations des enfants et jeunes travailleurs du Burkina Faso comme espace d’expression de la capacité d’action des enfants ?

Les Associations d’Enfants et Jeunes Travailleurs (AEJT) au Burkina Faso représentent une manifestation dynamique du Mouvement Africain des Enfants et Jeunes Travailleurs (MAEJT). Fondé sur les principes de la Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant, ce mouvement a émergé comme une réponse proactive au problème persistant du travail des enfants. À travers des activités de sensibilisation et de plaidoyer, les AEJT ont réussi à intégrer les voix des enfants travailleurs dans les discussions nationales sur les politiques de protection de l’enfance, remettant en question les perceptions traditionnelles qui les voient uniquement comme des victimes.

Lire la suite »

Les associations de personnes âgées au Burkina Faso : négociation d’un « droit à jouer » ou constitution d’un groupe de défense des intérêts de la vieillesse ?

Les personnes âgées au Burkina Faso sont confrontées à de multiples défis dans un contexte où les structures traditionnelles de soutien familial sont ébranlées par les changements économiques et sociaux. Ce document examine comment les associations de personnes âgées s’efforcent de négocier un “droit à jouer” ou de se constituer en groupe de défense des intérêts des aînés, dans un pays où la politique sociale et les dispositions institutionnelles pour les personnes âgées restent limitées.

Lire la suite »

Contribution des associations au développement socio-économique du Burkina Faso

Les associations au Burkina Faso jouent un rôle indispensable dans le développement socio-économique du pays, agissant comme des catalyseurs du changement social et économique dans divers secteurs. Leur capacité à mobiliser les communautés locales, à mettre en œuvre des projets de développement durable, et à fournir des services essentiels où l’État est absent ou inefficace, leur confère une place centrale dans le tissu socio-économique du Burkina Faso.

Lire la suite »